Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/417

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
395
VÉGÉTAUX FOSSILES.

vement ce sujet dans un des chapitres précédens ; le second a trait à l’histoire et à la structure des espèces qui constituaient anciennement le règne végétal.

Il parait que vers les mêmes époques de l’histoire des stratifications où se sont accomplis les changemens les plus remarquables dans l’ensemble du règne animal, des changemens correspondans se sont manifestés dans les caractères des végétaux fossiles.

Si nous comparons les lois qui ont dirigé les divers systèmes de végétation qui se sont succédé sur les surfaces anciennes de notre globe avec celles dont l’influence règle et coordonne la végétation actuelle, nous verrons s’ouvrir à notre activité tout un vaste et nouveau champ de recherches à faire. S’il résultait de cette investigation que les familles dont se compose notre Flore fossile furent organisées d’après des principes identiques avec ceux qui règlent le développement des plantes actuelles, ou tellement analogues, que leur ensemble ne constitue qu’un seul et même grand code de lois destinées à la coordination universelle de la vie ; nous y trouverions un anneau de plus de cette chaîne d’argumens que nous fournit l’étude de l’intérieur du globe, pour démontrer l’unité de l’Architecte intelligent et puissant qui présida à la construction du monde matériel tout entier.

Nous avons vu que les premiers débris animaux que l’on ait observés jusqu’ici ont appartenu à des espèces marines : et comme l’existence d’une espèce animale quelconque implique l’existence antérieure ou au moins contemporaine d’espèces végétales destinées à lui fournir un principe d’alimentation, nous pouvions à priori poser comme probable cette conclusion qu’est venue confirmer l’observation, que des plantes marines devaient exister dans les couches où se rencontrent ces animaux les plus anciens, et se continuer depuis cette époque dans toutes les formations d’origine marine. M. Adolphe Brongniart a