Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/419

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
397
VÉGÉTAUX FOSSILES.

peuplent les trois grandes divisions des formations géologiques stratifiées nous fait voir qu’ils se partagent en des groupes dont chacun indique que la surface de la terre a subi la même diminution progressive de température que la végétation sous-marine nous annonce s’être accomplie au fond des mers. Ainsi, dans les couches de la série de transition, nous voyons s’associer quelques unes des formes actuelles de plantes endogènes[1], et particulièrement des fougères et des équisétacées, avec certaines familles éteintes d’endogènes et d’exogènes que quelques botanistes modernes ont considérées comme indiquant un climat plus chaud que ne l’est de nos jours celui des tropiques.

Dans les formations secondaires, les espèces de ces familles les plus anciennes sont devenues beaucoup moins nombreuses ; et un grand nombre de genres et même des familles ont entièrement disparu. En même temps deux familles qui comprennent plusieurs des formes végétales actuellement existantes, et qui étaient rares dans la formation carbonifère, les cycadées et les conifères, prennent un accroissement considérable. L’ensemble de caractères qu’offrent les groupes qui constituent ces deux séries indiquent un climat dont la température était à peu près la même que celle qui règne maintenant entre les tropiques.

Dans les dépôts tertiaires, la plus grande partie des familles de la première série disparaissent, ainsi que plusieurs de celles de la seconde ; et une végétation dicotylédone[2] plus com-

  1. On désigne sous le nom d’endogènes les plantes dont les tiges s’accroissent par une addition de parties se faisant de l’intérieur à l’extérieur. Les exogènes, au contraire, sont celles dont l’accroissement se fait par des parties qui s’ajoutent a l’extérieur de la plante.
  2. On désigne sous le nom de plantes monocotylédones celles dont l’embryon n’offre qu’un seul cotylédon ou lobe ; telle est la graine du lys ou de l’ognon. Les plantes dicotylédones sont celles dent l’embryon