Page:Buffenoir - Cris d’amour et d’orgueil, 1887-1888.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8


Mirage ! Illusion ! Mensongère apparence !
Soumis à notre tour aux cruautés du sort,
Nous n’attendrirons pas le spectre de la mort
Qui rit de notre joie et de notre espérance.

Il nous faudra quitter la rive où maintenant
Nous passons enfiévrés d’une tendresse heureuse,
Où charmés, pleins de force et le front rayonnant
Nous laissons s’accomplir notre histoire amoureuse.

Oui, des jours surgiront où nos yeux seront clos,
Et ne s’ouvriront plus aux clartés de l’aurore,
Où notre cœur glacé dans la tombe incolore
Dormira sous le poids d’un éternel repos !

Oui, nous nous en irons de ce beau paysage
Qui te fait, ma chère âme, un si riant accueil,
Et qui devant l’attrait de ton jeune visage
Tressaille de plaisir et s’enivre d’orgueil !

Entraînés par le temps vers la mort insensible,
Nous abandonnerons les chemins du coteau :
Sans nous les vents ailés, sans nous les chutes d’eau
Résonneront au loin durant la nuit paisible…

Mais malgré ces rigueurs funèbres du destin,
Un souvenir de nous et de notre passage,
Bercé dans les rayons du soir et du matin,
Voltigera sans cesse autour de ce rivage.

La plaine aux monts dira : « C’est ici qu’autrefois
« Deux amants fortunés promenaient leurs délices ;
« Mes fleurs de leurs aveux ont été les complices,
« Ils se perdaient souvent dans mes sentiers étroits… »

Et les grands monts boisés répondront à la plaine :
« Ces amants s’adoraient, nous les avons connus :
« L’ardeur et les transports dont leur âme était pleine
« Comme un parfum toujours sont en nous répandus… »

Et quelque doux poète, entendant notre histoire,
S’arrêtera pensif devant ce gai séjour,
Puis laissera tomber des vers remplis d’amour
Sur nos bonheurs défunts et sur notre mémoire !


Hippolyte Buffenoir.



Directeur littéraire : ALBERT de NOCEE

Bruxelles, 69, rue Stêvin, 69
Messageries de la Presse, Bruxelles, 16, rue du Persil, 16.

Librairie Universelle, Paris, 41, rue de Seine, 41.