Page:Camille Pagé - La coutellerie depuis l'origine jusqu'à nos jours V1, 1896.djvu/110

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
60
Paris


Le Mercure, de décembre 1786, cite le sieur :

Lethien qui inventa les couteaux à coulisse en or et en argent, dont les lames, faites d*acier de damas, coupaient le fer avec facilité.

Les Tablettes de la Renommée, de 1791, mentionnent :

Quatrehomme, au coin du Pont St-Michel, au Sauvage, pour la belle coutellerie, couteaux à manches d’argent et ciseaux à branches d’or émaillé.

Vers 1750 le nombre des Maîtres couteliers de Paris était de 120 environ ; le brevet d’apprentissage coûtait 30 livres et la maîtrise 700 livres. L’Edit de 1776 abaissa ce chiffre à 400 livres et réunit les couteliers aux arquebusiers et fourbisseurs.

Le bureau de la communauté était situé rue de la Pelleterie.

La corporation avait pour patron Saint-Jean-Baptiste qu’elle fêtait, le jour de sa décollation, à l’église des Billettes[1].

Un méreau[2] trouvé dans la Seine et portant d’un côté la date de 1444, représente de l’autre Saint-Jean-Baptiste la tête nimbée, tenant de la main droite l’agneau pascal.

Les armoiries de la corporation étaient ainsi blasonnées dans l’Armorial Général de 1696 :

"D’azur à un rasoir ouvert d’argent emmanché de sable, un couteau aussi d’argent emmanché d’or, passés en sautoir, une pierre à aiguiser d’or couchée en chef, et une paire de lancettes ouvertes d’argent, clouée d’or, posée en pointe."

  1. Alfred Franklin. — Les Corporations ouvrières de Paris du XIIe au XVIIle siècle.
  2. Sorte de jeton.