Page:Camille Pagé - La coutellerie depuis l'origine jusqu'à nos jours V1, 1896.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
k
AVANT-PROPOS
Tome I


Nous témoignons ici toute notre reconnaissance aux personnes qui ont bien voulu nous prêter leur obligeant concours ^ et parmi lesquelles nous devons citer en première ligne^ M. G. Marmuse de Paris, M. A. Guénot de Paris, M. H. Béligné de Langres, dont nous avons mis à profit les connaissances spéciales, et M. Victor Chemin de Nogent en Bassigny, qui a bien voulu nous confier sa belle collection de modèles.

Mais nous devons avant tout nos remerciements à M. Henri Rivière, notre imprimeur, qui a très libéralement mis à notre disposition les moyens d’accomplir notre œuvre.

Une expérience de près de trente années nous a permis de traiter avec un soin minutieux tous les détails sa rattachant à notre sujet, et nous n’avons donné aucun renseignement sans nous être assuré de son exactitude.

Nous avons cité tous les noms de couteliers que nous avons rencontrés dans nos recherches, depuis l’antiquité Romaine jusqu’à nos jours. Ce sera certainement un attrait pour beaucoup de nos lecteurs, qui trouveront dans cette espèce de biographie générale, des noms qui éveilleront leur curiosité.

En un mot, nous avons cherché à rassembler dans cet ouvrage tout ce qui a rapport à la coutellerie considérée sous tous les aspects, de façon que Thomme d’étude y puisse trouver l’histoire de cet art dans les différents pays ; le praticiep, les principales données de la fabrication ancienne et moderne, et le commerçant l’explication des secrets du métier.

Si nous avons atteint ce but, nous nous estimerons heureux et nous serons récompensé des dix années de recherches que nous avons consacrées à l’exécution de ce travail. Nous ne nous dissimulons point qu’il renferme de nombreuses imperfections, mais nous avons pour excuse de l’avoir fait au milieu des occupations d’une vie très active, c’est pourquoi nous faisons appel à l’indulgence de nos lecteurs.

Domine, le 81 Janvier 1896.
Camille PAGE.