Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. 35

sur-le-champ, se met à chanter des couplets abo- minables, qui étonnèrent même la bande joyeuse. M. de Conflans interrompit le silence universel, en disant : « Que diable ! Fronsac ? il y a dix bou- teilles de vin de Champagne entre cette chanson et la première. »

— Madame du Deffant, étant petite fille, et au couvent, y prêchait l’irréligion à ses petites ca- marades. L’abbesse fit venir Massillon, à qui la petite exposa ses raisons. Massillon se retira, en disant : « Elle est charmante 1 » L’abbesse, qui mettait de l’importance à tout cela, demanda à l’évêque quel livre il fallait faire lire à cet enfant. Il réfléchit une minute, et il répondit ; « Un caté- chisme de cinq sous. » On ne put en tirer autre chose.

— L’abbé Bandeau disait de M. Turgot, que c’était un instrument d’une trempe excellente, mais qui n’avait pas de manche.

— Le prétendant, retiré à Rome, vieux et tourmenté de la goutte, criait dans ses accès : Pauvre roi \ pauvre 7vi! Un Français voyageur, qui allait souvent chez lui, lui dit qu’il s’étonnait de n’y pas voir d’Anglais. « Je sais pourquoi, ré- pondit-il ; ils s’imaginent que je me ressouviens de ce qui s’est passé. Je les verrais encore avec plaisir. J’aime mes sujets, moi.»

— M. de Barbançon, qui avait été très-beau, possédait un très-joli jardin que madame la du- chesse de La Vallière alla voir. Le propriétaire,