Page:Chapman - Les Fleurs de givre, 1912.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et, tant que l’Ottawa coulera vers le Fleuve,
Tant que le Saint-Laurent se perdra dans la mer,
Tant qu’un Canadien-Français se dira fier
De sortir de la race intrépide et féconde
Qui sacra de son sang le sol du Nouveau-Monde,
Tant qu’il se vantera d’honorer pour aïeux
Les hardis pionniers qui firent sous nos cieux
Germer le saint froment des œuvres les plus pures,
Et tant qu’il aimera narrer les aventures
Des vieux coureurs des bois croyants et courageux,
Quelqu’un répétera les couplets de Cadieux.