Page:Chatauvillard - Essai sur le duel, 1836.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sa vie. La moindre imprévoyance, la moindre faute d’un témoin, peuvent compromettre l’une et l’autre. Il est le soutien et le juge de celui qui le choisit ; il doit mettre son honneur dans le sien propre, et toute son énergie à ne laisser échapper aucune occasion avantageuse pour celui dont il prend la charge.

Heureux si nous pouvons arriver au but que nous nous proposons, et faire, par la précision et la clarté de nos conseils, que toutes ces affaires, où l’offense n’est que dans l’imagination, n’aient pas de suites sanglantes, et que celles que l’honneur et la nécessité commandent à l’homme de cœur, se passent dans les règles du droit commun à tous !