Page:Chiarini - Le Talmud de Babylone, vol. 1, 1831.djvu/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE


TALMUD DE BABYLONE


TRADUIT EN


LANGUE FRANÇAISE


ET


COMPLÉTÉ PAR CELUI DE JÉRUSALEM ET D’AUTRES
MONUMENS DE L’ANTIQUITÉ JUDAÏQUE


PAR


l’Abbé Louis Chiarini


Professeur de Langues et d’Antiquités orientales à l’Université Royale de Varsovie, Membre de la Société des amis des Lettres et des Beaux-Arts de la même ville ; de la Société Asiatique et de la Géographique de Paris, de l’Athénée Italien et de plusieurs autres Sociétés savantes, etc.




Prospectus.


Les anciens Législateurs diffèrent des modernes en ce que les premiers, en dictant des lois, lorsque la cité venait de naître, ont donné des mœurs aux nations, tandis que les seconds n’ont fait que changer des mœurs en lois, à une époque où la société avait acquis tout son développement. Les uns ont parlé au nom de la révélation, et les autres au nom de la tradition et de l’expérience.

Les auteurs et les rédacteurs des Talmuds de Babylone et de Jérusalem ont tâché de réunir les deux