Page:Corneille - Marty-Laveaux 1910 tome 1.djvu/288

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SCÈNE V.


TIRCIS, PHILANDRE, CLORIS.



TIRCIS.


Tais-toi, mon frère vient._Si j’en crois l’apparence,
Mon arrivée ici fait quelque contre-temps.


PHILANDRE.


Que t’en semble, Tircis ?


TIRCIS.


Que t’en semble, Tircis ?_Je vous vois si contents,
Qu’à ne vous rien celer touchant ce qu’il me semble
Du divertissement que vous preniez ensemble,
De moins sorciers que moi pourroient bien deviner 94
Qu’un troisième ne fait que vous importuner.


CLORIS.


Dis ce que tu voudras ; nos feux n’ont point de crimes,
Et pour t’appréhender ils sont trop légitimes,
Puisqu’un hymen sacré, promis ces jours passés.
Sous ton consentement les autorise assez.


TIRCIS.


Ou je te connois mal, ou son heure tardive
Te désoblige fort de ce qu’elle n’arrive 95.


CLORIS.


Ta belle humeur te tient, mon frère.


TIRCIS.


Ta belle humeur te tient, mon frère._Assurément.


94. Var. Je pense ne pouvoir vous être qu’importun,
Vous feriez mieux un tiers que d’en accepter un.(1633)

95. Var. [Te désoblige fort de ce qu’elle n’arrive.]
Cette légère amorce, irritant tes désirs,
Fait que l’illusion d’autres meilleurs plaisirs
Vient la nuit chatouiller ton espérance avide,
Mal satisfaite après de tant mâcher à vide.
[clor. Ta belle Immeur te tient, mon frère.] (1633)