Page:Corneille - Marty-Laveaux 1910 tome 1.djvu/340

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MÉLITE.


Si ta mère le sait…_Laisse-moi ces soucis,
Et rentre, que je parle à la sœur de Tircis 261.


LA NOURRICE.


Peut-être elle t’en veut dire quelque nouvelle.


MÉLITE.


Ta curiosité te met trop en cervelle 262.
Rentre sans t’informer de ce qu’elle prétend ;
Un meilleur entretien avec elle m’attend.


SCÈNE II.


CLORIS, MÉLITE.



CLORIS.


Je chéris tellement celles de votre sorte,
Et prends tant d’intérêt en ce qui leur importe,
Qu’aux pièces qu’on leur fait je ne puis consentir 263,
Ni même en rien savoir sans les en avertir.
Ainsi donc, au hasard d’être la mal venue,
Encor que je vous sois, peu s’en faut, inconnue,
Je viens vous faire voir que votre affection
N’a pas été fort juste en son élection.


MÉLITE.


Vous pourriez, sous couleur de rendre un bon office,
Mettre quelque autre en peine avec cet artifice ;
Mais pour m’en repentir j’ai fait un trop bon choix 264 :
Je renonce à choisir une seconde fois,


261. Var. [Et rentre, que je parle à la sœur de Tirsis :]
Je la vois qui de loin me fait signe et m’appelle.
[la nourr. Peut-être elle t’en veut dire quelque nouvelle.]
mél. [Rentre, sans t’informer de ce qu’elle prétend.] (1633-57)

262. Mettre en cervelle, inquiéter. Voyez plus haut, p. 192, note 2.

263. Var. Qu’aux fourbes qu’on leur fait je ne puis consentir. (1633-57)

264. Var. Mais pour m’en repentir j’ai fait un trop beau choix. (1633-60)