Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t1.djvu/629

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


avait fait pour Corinthe, Kinaethon le fît pour Lacédémone, sa patrie. Contemporain d’Arctinos et d’Eumélos, ce poète, dont nous avons mentionné plus haut l'Œdipodie rattachée au cycle, dut composer ses généalogies * vers le milieu du huitième siècle. Le titre exact du poème est incertain. Il nous en reste quatre fragments, d’après lesquels on peut conjecturer que l’auteur, remontant jusqu’aux Atrides et peut-être plus haut, exposait les généalogies royales de Sparte et de Messène ; il touchait aussi à celles de la Crète*. — Asios de Samos est bien plus connu par ses élégies qu’à titre de poète épique. Mentionnons toutefois ici son poème généalogique, dont le titre et le sujet sont mal déterminés’. — Le nom

Alex., Strom,, l, p. 144, Sylburg; Pausan., II, 1. — Scol. Pind., Olympiques^ XIII, 74, Ei»[XT)Xd; Tiç ;coit)t»)ç btoptx($( (cf. Tzetzès, ad Lycophr., 174). — Transcription des Corinthiaques en prose: Pausan.,’ Il, 1; passage fort bien interprété et commenté par Marckscheflel. — Eumélos était aussi l’auteur d’un autre poème épique du même genre, VEuropie, qui devait se rapporter aux aventures d’Europe (Scol. Yen. ad Jliad., VI, 131) ; Pausanias (IX, 5) appelle ce poème ta Itit) xà e$ EûpoS7t7)v. On lui attribuait aussi la Bugonie, poème mentionné par Varron (de re rustica, II, 5), mais dont il est impossible aujourd’hui de deviner même le sujet. En outre, il était en compétition avec Arctinos pour une Titanomachie, avec Hagias de Trézène pour un poème des Retours (Scol. ApoU. Rh., I, 1165; Athén., VII, p. 277; Scol. Pindare, Olymp, XIII, 31, avec une correction au texte). Enfin, Eumélos était encore reconnu pour l’auteur d’un Chant prosodique destiné à la théorie que les Messéniens envoyaient à Délos; il nous en reste un fragment de deux vers hexamètres (Pausan., IV, 4 et IV, 33).

1. Pausan., II, 3 et IV, 2.

2. Divers témoignages attribuent en outre à Kinaethon une Télégonie, une Héraclée, une Petite Iliade (Scol. Apollon. Rhod. 1, 1357; S. Jérôme, Chron., 01. V; Scol. Vatic. ad Euripid. Troad.^ 821 ; Tzetzès, Exeg, Iliad.y 45, 10.

3. Pausan., IV, 2.