Page:Daressy.- Archives des maîtres d'Armes de Paris, 1888.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
Préface

trises privilégiées ayant été supprimées la Compagnie des Maîtres d’armes subit le sort commun et ses archives désormais sans objet furent dispersées et perdues en partie. De loin en loin nous avons eu la bonne fortune de recueillir quelques épaves échappées au naufrage, et, depuis trente ans nous n’avons jamais laissé perdre une occasion d'augmenter notre collection,

À l’aide tant de nos documents que de notes puisées aux Archives nationales et dans les bibliothèques publiques ou privées, nous avons pu reconstituer presque entièrement l'histoire de la Compagnie qui fut l’objet constant de nos études.

Nous croyons être agréable aux personnes que les curiosités de l’escrime intéressent, en publiant dans le présent livre le résultat de nos recherches ; nous serions heureux de le voir prendre place, à un titre plus modeste, à côté de la Bibliographie de l’escrime, faite par un de nos plus grands maîtres modernes, en même temps charmant conteur eQ/lt chercheur passionné des anciens traités d’armes : nous avons nommé Vigeant.

Le lecteur suivra dans la première partie de notre ouvrage l’historique des diverses transformations subies par les Statuts des Maistres Joueurs et Escrimeurs d'espée, devenus plus tard les Maistres en faict d’armes des Académies du Roy.

À la suite des Statuts viennent s’ajouter les Lettres patentes accordées à la Communauté par les rois de France, quelques Sentences et Arréts, et enfin le nom