Page:Daressy.- Archives des maîtres d'Armes de Paris, 1888.djvu/178

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
172
ARCHIVES DES MAÎTRES D'ARMES.


Daressy.- Archives des maîtres d'Armes de Paris, 1888 p178.jpg



PRÉFACE



La sensibilité, plutôt que le talent poétique, m’entraina et me fit célébrer le dévouement héroïque du Prince Léopold de Brunswick. Ma pièce finie, je voulus juger de son effet. J’en fis lecture à trois personnes séparément.

À la fin du récit de l'événement où périt le Héros, toutes trois répandirent également des larmes. Dès-lors j’avois les applaudissements de la nature ; il me manquoit les suffrages de l'art.

J’eus la témérité d’envoyer l’Ouvrage à l’Académie Françoise pour le faire participer au concours qu’avoit fait annoncer un Prince grand, sensible et généreux. L’Académie sévère, et qui jugea qu’elle devoit l’être dans la circonstance, se déclara généralement peu satisfaite, et remit le prix à 1787.

Dès ce moment les Zoïles des Clubs et des Cafés commencèrent à s’égayer aux dépens des pauvres Concurrents.

Ces Messieurs savoient que j’étois du nombre ; quoiqu’ils ne connussent point mon ouvrage, je n’en eus pas