Page:Daressy.- Archives des maîtres d'Armes de Paris, 1888.djvu/180

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
LA BOESSIERE PERE.

nête décence qu’il n’entend point croiser les intérêts des Concurrents.

Il a lu sa production à l'Académie, où elle a obtenu un suffrage général et mérité.

Partant toujours d’un principe de désintéressement dont il a déjà donné la preuve, il a porté son ouvrage à Versailles, et l'a fait passer dans les Cours d’Allemagne.

D’après cela si je rentrois dans la carrière, ne serois-je pas regardé comme un pygmée qui veut s’élever à la hauteur d’un grand homme ? Je ne me donnerai point ce ridicule, et crainte d'en avoir la tentation, je me fais imprimer.

Si j’ai le malheur d’être mal accueilli du Public, ce sera une leçon qui m’empêchera de l’ennuyer une seconde fois, en me guérissant de la démangeaison que j’ai de mettre au jour nombre de petits Ouvrages, timides enfants de mes loisirs.

Je les jetterai impitoyablement au feu, je briserai ma triste lyre ; alors, me retranchant dans mon état, je me consolerai avec orgueil, et dirai : Racine fit Phèdre et moi j'ai fait Saint-George,