Page:Daressy.- Archives des maîtres d'Armes de Paris, 1888.djvu/189

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
184
ARCHIVES DES MAÎTRES D'ARMES.

Ses progrès en escrime ne furenl pas moins rapides.

À quinze ans, dit La Boëssière, il battait les plus forts tireurs ; à dix-sept ans, il avait acquis la plus grande vitesse ; avec le temps, il joignit à la prompte éxecution des connaissances qui achevèrent de le rendre inimitable.

Saint-George conserva cette vitesse jusqu’à quarante ans ; à cet âge, il se cassa le tendon d’Achille du pied gauche. Cet accident lui arriva en dansant dans un bal.

Saint-George était parvenu à la taille de cinq pieds six pouces (1m,782) ; il était très bien fait et doué d’une force de corps prodigieuse.

Bon cavalier, élégant danseur, nageur infatigable, tous les exercices du corps lui étaient familiers ; il excellait dans tous.

Il gagna, étant en Angleterre, un pari de cinq cents livres au prince de Galles en franchissant d’un bond les larges fossés du château de Richmond.

Violoniste remarquable, il a laissé des concertos et surtout un menuet célèbre qui porte son nom. Toutefois, nous devons ajouter qu’il s’essaya dans la composition de plusieurs opéras-comiques, mais qu’il n’y réussit pas.

À la fin de l’année 1775, l’Opéra étant sur le point d’être mis en régie, plusieurs sociétés se présentèrent ; Saint-George, qui était à la tête de l’une d’elles, fut à la veille d’obtenir la direction du théâtre. Mais Sophie Arnould, Guimard, Rosalie, etc., informées de ce fait, adressèrent aussitôt un placet à la reine,