Page:Daressy.- Archives des maîtres d'Armes de Paris, 1888.djvu/192

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
187
LE CHEVALIER DE SAINT-GEORGE.

« Monsieur le Président,

"Saint-George dont le patriotisme est reconnu depuis la Révolution et d’après la conduite qu’il a tenue à Lille en Flandres où il a résidé deux ans et où il a commandé une compagnie de gardes nationales qu’il n’a quittée que pour servir en qualité d’aide de camp volontaire de Messieurs Duhon et Miaizinscky laquelle conjointement avec tous les citoiens répondront de son patriotisme a accepté le commandement des hussards du midy désirant de continuer et de s’immortaliser par sa valeur et son enthousiasme pour la liberté, ne pouvant prouver son zèle et assurer les succès qu’avec un corps épuré et approuvé par les différentes sections dont il chérit le civisme, espère être secondé par elles, en voulant approuver ou désaprouver les enrôlemens qu’il aura l’honneur de leur adresser successivement.

"Il a l’honneur d’être. Monsieur le Président,

"Votre très humble
"Et très obéissant serviteur,
"Saint-George."

Des lettres semblables à celle qui précède furent probablement envoyées à tous les présidents des sections de Paris.

La lettre que nous possédons n’est que signée par Saint-George.