Page:De l'État des nègres relativement à la prospérité des colonies françaises et de leur métropole Discours aux représentants de la nation, 1789.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Avertissement


Les Métaphysiciens qui ont rédigé la déclaration des droits de l’homme, & armé d’un bout du royaume à l’autre ceux qui n’ont rien contre ceux qui possèdent, ne manqueront pas de vouloir rendre brusquement la liberté aux Nègres, sans s’inquiéter des suites d’un décret qui bouleversera toutes nos possessions coloniales, & les arrachera violemment à la Mere-patrie.

Les amis des Noirs ont une tendresse si aveugle pour l’Afrique, que, dans le plan de la félicité générale qui les occupe, ils oublient entiérement l’Europe & l’Amérique : ils ne considèrent la question que dans le point du Droit naturel, oubliant exprès les rapports sociaux & politiques ; comme si un Empire, un Gouvernement, une Marine & des Colonies étoient l’état de pure nature.

Mais, puisque la métaphysique & les abstractions décident aujourd’hui du sort des François, nous ne craindrons pas de discuter, dans un Mémoire à part, la question de la servitude & de l’esclavage, en l’appliquant à nos Domestiques, à nos Paysans & aux Nègres