Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, I.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CORRESPONDANCE


I.

Descartes a son Frère aîné.

3 avril 1622.

Autographe N° I, Bibliothèque Victor Cousin.

Ie sousigné m’oblige a Monsieur Me Pierre Descartes, Conseiller du Roy au Parlemant de Bretaigne, mon frere, de ne vendre point les biens compris en la procuration qu’il m’a donnée ce iourd’huyn a moindre 5 pris que la somme de huit mil escus, scauoir, dix mil liures la maison & iardin de la ville de Poictiers, & quatorze mil liures les terres sises a Auaille, si ce n’est par son consetemant ; et au cas que ie vende les d(ites) choses, de rapporter la d(ite) somme, ou plus 10 grande, si ie la pouuois receuoir de la vendition des d(its) biens, au total des successions de defuntes Damoyselles Iehanne Sain mon ayeulle, I. Brochard ma mere, & I. Brochard Dame d’Archangé ma tante, venans a partage. Fait a Rennes, ce troisiesme Iou 15 d’Auril mil six cens vingt deus.

RENE DESCARTES.