Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, I.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


h. su. X. — 8 Octobre 1629. 29

D, non ij minuuntur nifi a folo aère. In vacuo enim, fi quid moueretur, perpetuo & eodem plane modo moueretur. Sed non idem eft dicendum de corda tenfâ in teftudine*, quse digito adducta redit vi fibi interna ad priorem fitum, quem etiam fortaffe citius in vacuo recuperaret quam in aère.

Il ne me relie plus de papier que pour vous affurer que ie fuis,

Monfieur & Reuerend Père, Voftre très obeiffant & très affectionné & obligé feruiteur

DESCARTES.

��Page 23, 1. 2. — Phénomène des Parhélies ou faux soleils, observé à Frascati le 20 mars 1629 par le P. Scheiner, jésuite ; le cardinal Barberin en avait aussitôt envoyé une description à Peiresc. Celui-ci en tira plusieurs copies qu’il distribua aux savants. Gassend, qui voyageait alors en Hollande avec son ami Luillier, en reçut une. Il avait fait connaissance à Amsterdam avec deux amis de Descartes, un médecin, Waessenaer (dont nous retrouverons le fils en 1640 engagé dans une querelle de mathématiques), et Henry Reneri qui s’occupait surtout de philosophie. Il leur promit à tous deux, en partant pour Utrecht, le 10 juillet, une description du phénomène avec le discours envoyé de Rome, et son explication à lui. Waessenaer et Reneri reçurent la description d’abord, et Reneri l’envoya aussitôt à Descartes, en lui demandant aussi son explication, afin de la comparer à celle qu’il recevrait de Gassend. Celle-ci fut envoyée de La Haye, le 14 juillet [Gassendi opéra, Lyon, Laurent Anisson, i658, t. III, p. 65 1). Descartes mit plus de temps à donner la sienne (Baillet, Vie de M’ Des-Cartes, t. I, p. 188). La première rédaction de Gassend fut d’abord imprimée sous ce titre : Phœnomenon rarum Romœ obseruatum 20 Martij et eius causarum explicatio (Amstelod., Henrici Guerardi, 1629, in-4) ; puis l’année suivante, avec additions et corrections, sous ce second titre : Parhelia seu Soles IV spurij qui circa verum apparuerunt Romœ die 20 Martij 162g et de eisdem epistola ad Henricum Renerium (Parisiis, Vitré, i63o, in-4).

Page 23, 1. 3. — La leçon nouvelle s’accorde mieux avec les deux dates du 14 juillet (où Gassend envoya sa description) et du 8 octobre 1629 (date de cette lettre).