Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, IV.djvu/635

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


CDLXXI.
Descartes a Mersenne.

Egmond, 12 mars 1647.

Texte de Clerselier, tome III, lettre 02, p. bij-Sig.

Sans date dans Clerselier. Mais cette lettre fait suite a la CDLXVII’ ci-avant, p. 5g3; elle est donc aussi de 164-. De plus Descartes répond à une lettre du ij février (ci-dessous, l. 2), et il n’a pas du la recevoir, à Egmond, avant le samedi <j mars; sa réponse est donc, au plus tôt, du vendredi 15 mars.

Mon Reuerend Père,

le voy, par voltre lettre du dix-feptiéme Feurier, que vous fuppofez que ie vous av enuoyé vne règle pour les Vibrations des triangles fufpendus à voftre

5 façon, ce qui n’a aucunement efté mon intention, mais feulement de vous faire voir" la fauileté de celle que vous a donnée Monfieur de Roberual, en defem- barassant fon calcul, & vous monftrant que, lors qu’on le prend iufte, il eft tout autre qu’il ne vous a voulu

10 perfuader. En forte qu’au lieu qu’il dit que l’angle de 1 $0 degrez donne 4, il donne plus de ji par fon calcul, lors qu’il eft fait iuftement en la façon qu’il veut qu’il foit fait, laquelle i’av feulement réduite à vne autre façon plus aifée, afin de le pouuoir faire iufte-

i5 ment. Et ce que ie vous ay mandé, que ie pouuois demonftrer , n’eft autre chofe, finon que fa règle

a. Lettre CDLXVII ci-avant, p. 593. I. 27.