Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, IX.djvu/587

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Principes. — Quatriesme Partie. 289

fon pôle Boréal B, qu'il ne Je puiffe momioir qu'aiiec elle,&. que, tenant l'aymant P auec la main, en forte que fon pôle | Auflral a foit tour- 426 né vers A, le pôle Auilral de l'autre, on Vauancs peu à peu de P vers Y, il doit faire que l'aymant O fe recule d'O vers Z, auant que de luy toucher, à caufe que... les parties canelées, qui fortent de l'en- droit de chacun de ces aj-mans qui ejl vis à pis de l'autre a/manl, doiuent auoir quelque efpace entre ces deux aymans, par où elles puilTent paffer...

��i55. Pourquoy, lors qii'vn aymant ejî diuifé, les parties qui ont ejlé

jointes fefuyent '.

Des chofes qui ont def-ja efté dites, on voit clairement que, fi vn aymant eft diuifé en deux pièces, fuiuant... la ligne qui joint fes deux pôles, & qu'on tienne l'vne de ces pièces pendue... à vn filet au- deffus de l'autre, elle fe doit tourner de foy-mefme, & prendre vne fituation contraire à celle qu'elle a eue... Car, auant la diuifion, fes parties Auflrales eftoient jointes aux parties Auftrales de l'autre pièce, & les Boréales aux Boréales ; mais lors qu'elles font feparées, les parties canelées qui fortent du pôle Auftral de l'vne de ces pièces, prennent leur cours par dedans l'air vers le pôle Boréal de l'autre, au moyen de quoy elles font que a, le pôle Aujiral de celle qui ejl fufpenduë, fe tourne vers B, le pôle Boréal de l'autre, & b vers A.

��i56. Comment il arriue que deux parties d'vn aymant qui fe touchent deuiennent deux pôles de vertu contraire, lors qu'on le diuifé ^

On voit aufli pourquoy, fi vn aymant ert diuifé en telle forte que le plan de la diuifion coupe à angles droits' la ligne AB, qui joint fes deux pôles, les deux points de cette ligne qui fe toulchoient auant 427 qu'elle fut diuifée, & qui font l'vn en l'vne de fes pièces & l'autre en l'autre, comme font icy è & a, y font deux pôles de vertu contraire, à caufe que les parties canelées qui peuuent fortir par l'vn, peuuent entrer par l'autre.

a. Propriété 6, p. aSo. — Voir Correspondance, t. IV, p. 46g.

b. Propriété 7, p. 280.

c. Planche XX, figure 3.

Œuvres. IV. 68

�� �