Page:Descartes La Géométrie.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


307
Livre Premier.

(paral-)lélépipède composé des deux qui restent, et d’une autre ligne donnée ; ou s’il y en a six, que le parallélépipède composé de trois ait la proportion donnée avec le parallélépipède des trois autres ; ou s’il y en a sept, que ce qui se produit lorsqu’on en multiplie quatre l’une par l’autre, ait la raison donnée avec ce qui se produit par la multiplication des trois autres, et encore d’une autre ligne donnée ; ou s’il y en a huit, que le produit de la multiplication de quatre ait la proportion donnée avec le produit des quatre autres ; et ainsi cette question peut s’étendre à tout autre nombre de lignes.

Puis à cause qu’il y a toujours une infinité de divers points qui peuvent satisfaire à ce qui est ici demandé, il est aussi requis de connaître et de tracer la ligne dans laquelle ils doivent tous se trouver.

Et Pappus dit que lorsqu’il n’y a que trois ou quatre lignes droites données, c’est en une des trois sections coniques ; mais il n’entreprend point de la déterminer ni de la décrire, non plus que d’expliquer celles où tous ces points se doivent trouver, lorsque la question est proposée en un plus grand nombre de lignes.

Seulement il ajoute que les anciens en avaient imaginé une qu’ils montraient y être utile, mais qui semblait la plus manifeste, et qui n’était pas toutefois la première.

Ce qui m’a donné occasion d’essayer si, par la méthode dont je me sers, on peut aller aussi loin qu’ils ont été.


Réponse à la question de Pappus.

Et premièrement j’ai connu que cette question n’étant proposée qu’en trois, ou quatre, ou cinq lignes, on peut toujours trouver les points cherchés par la géométrie simple, c’est-à-dire en ne se servant que de la règle et du