Page:Dickens - Nicolas Nickleby, trad. La Bédollière, 1840.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Cette dernière réflexion lui causa une si vive douleur, qu’il se mit au lit, apparemment pour le garder à tout événement.

On eut lieu de croire que dès ce moment il n’était plus dans son bon sens ; car il radota longtemps au sujet de la générosité de son frère, et des heureux jours qu’ils avaient passés ensemble à l’école. Après cet accès de délire, il recommanda solennellement sa famille à celui qui n’abandonne jamais les veuves et les orphelins ; puis, souriant doucement, il détourna la tête, et dit qu’il croyait pouvoir s’endormir.


CHAPITRE II.

Quelque temps après ce triste événement, M. Ralph Nickleby était assis dans son cabinet de travail, au premier étage de sa maison de Golden square, à Londres. Il portait un pardessus vert-bouteille sur un habit bleu, un gilet blanc, un pantalon piqueté de gris, et des bottes à la Wellington par-dessus son pantalon. Le coin du jabot d’une chemise à petits plis paraissait, comme s’il eût tenu absolument à se montrer, entre son menton et le dernier bouton de son surtout, et son habit ne descendait pas assez bas pour cacher une longue chaîne d’or, composée d’anneaux pleins, qui partait d’une montre à répétition logée dans le gousset. La tête de M. Nickleby était légèrement poudrée, ce qui tendait à lui donner un air de bienveillance ; mais si telle était son intention, il eût peut-être bien fait de poudrer aussi sa physionomie, car les rides mêmes de son front, son œil clignotant et glacé, semblaient indiquer une astuce qui se décelait malgré lui.

La vue de M. Ralph se fixa sur une sale croisée d’en face, à travers laquelle on apercevait un commis maigre et grêle, perché sur un tabouret. M. Ralph fit signe à cet individu de venir.

Pour obéir à cette invitation, le commis quitta son haut tabouret, auquel il avait communiqué le plus brillant poli à force d’y monter et d’en descendre, et se présenta dans la chambre de M. Nickleby. C’était un homme grand et d’un âge mûr avec deux gros yeux à fleur de tête, un nez rubicond, une face cadavéreuse, et un habit (si l’on peut accorder ce nom à un costume qui ne l’habillait pas du tout) beaucoup trop petit, et si à court de boutons, que la manière dont il tenait avait quelque chose de miraculeux.

— Il est midi passé, dit M. Nickleby d’une voix aigre. — Midi moins vingt-cinq minutes, répondit Newman Noggs. — Ma montre est arrêtée, dit M. Nickleby ; je ne