Page:Dickens - Nicolas Nickleby, trad. La Bédollière, 1840.djvu/161

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


puis, le frapper par ce garçon… — Frappez-le comme vous voudrez, interrompit Squeers, mais que le coup porte, voilà tout. Sur ce, je vous souhaite le bonjour.

M. Squeers passa dans l’autre bureau, pendant que Newman, la plume derrière l’oreille, était roide et immobile sur son siège, et regardait le père et le fils avec stupéfaction.

L’espèce d’entraînement que Ralph ressentait pour Catherine augmentait son aversion pour Nicolas. Peut-être, afin de contrebalancer la faiblesse d’un tendre penchant pour une personne, il croyait nécessaire d’en haïr une autre plus vivement qu’auparavant. Et quand il songeait qu’il était bravé et méprisé, qu’on le dépeignait à Catherine sous les couleurs les plus repoussantes, qu’on lui apprenait à le détester, quand il songeait que son neveu l’avait défié dès leur première entrevue et ouvertement affronté depuis, sa méchanceté froide et calculatrice était irritée à un si haut degré, qu’il eût tout hasardé pour la satisfaire, s’il avait pu se procurer une vengeance immédiate.

Toute cette journée, au milieu des affaires qui lui survinrent, il réserva un coin de sa cervelle au principal sujet qui l’occupait, et la nuit le retrouva ruminant encore les mêmes réflexions.


CHAPITRE XXVI.

Après avoir établi sa mère et sa sœur dans l’appartement de la bonne miss la Creevy, et s’être assuré que sir Mulberry ne courait pas risque de la vie, Nicolas tourna ses pensées vers le pauvre Smike, qui, après avoir déjeuné avec Newman Noggs, était resté seul et désolé au logis de ce brave homme, et attendait avec anxiété des nouvelles de son protecteur.

— Je craignais, dit Smike charmé de revoir son ami, qu’il ne nous fût arrivé quelque nouveau malheur ; le temps me semblait si long à la fin, que j’avais peur que vous fussiez perdu. — Perdu ! répondit gaiement Nicolas ; vous ne serez pas si facilement débarrassé de moi, je vous le promets ; je reparaîtrai sur l’eau bien des fois encore, Smike, et plus on fera d’efforts pour m’enfoncer, plus je rebondirai à la surface. Mais allons, je suis chargé de vous emmener à la maison. — À la maison ! balbutia Smike en reculant timidement. — Oui, reprit Nicolas lui prenant le bras : pourquoi pas ? — J’ai rêvé une maison autrefois, dit Smike, jour et nuit, jour et nuit, pendant bien des années ; à force de désirer inutilement, je me suis lassé, et