Page:Doyle - La Marque des quatre.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— C’est à quoi je pensais, répondis-je. Miss Morstan ne peut pas rester plus longtemps dans cette sinistre maison.

— Non, il faut que vous la rameniez chez elle. Elle demeure chez Mrs Cecil Forrester, dans le bas de Camberwell, assez près d’ici, comme vous voyez. Je vous attendrai, dans le cas où vous voudriez revenir. Mais peut-être vous sentez-vous trop fatigué ?

— En aucune façon. D’ailleurs je crois qu’il me serait impossible de dormir avant d’en savoir davantage sur cette affaire si extraordinaire. J’ai déjà vu bien des spectacles effrayants, mais la succession rapide de tant d’aventures étranges m’a, je vous assure, ébranlé tous les nerfs. Aussi, au point où nous en sommes, je voudrais poursuivre l’enquête avec vous.

— Votre aide me sera très utile, répondit-il, nous travaillerons pour notre compte et nous laisserons ce brave Jones exulter en présence de toutes les chimères qu’il se forge. Quand vous aurez ramené miss Morstan, je voudrais que vous alliez jusqu’à Pinchin Lane, n° 3. C’est sur le bord de l’eau, dans le quartier de Lambeth. La troisième maison sur la droite est celle d’un empailleur nommé Sherman. Vous verrez sur la fenêtre une