Page:Doyle - Le Monde perdu.djvu/124

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CRAPAUDS PRÉHISTORIQUES PLUS GROS QUE DES ÉLÉPHANTS  Griffant, bavant, ils s’acharnaient, dans une rage impuissante, à vouloir gravir les marches, et quand ils en avaient monté quelques-unes, ils glissaient et roulaient sur le sol. (Page 822. col. 1.)