Page:Doyle - Nouveaux Exploits de Sherlock Holmes.djvu/239

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


VII

LE PROBLÈME FINAL


C’est avec une profonde tristesse que je consacre ces dernières pages au souvenir de mon ami Sherlock Holmes, dont les facultés si exceptionnelles ont inspiré tous mes récits.

Je me suis donné pour tâche de dévoiler au public les faits vraiment extraordinaires auxquels je me suis trouvé mêlé, depuis l’époque où un hasard particulier nous a réunis autour d’Une Étude de rouge, jusqu’au moment où mon ami a dû intervenir dans l’affaire du Traité naval. Je tiens à faire remarquer en passant que cette intervention a évité sans aucun doute des complications internationales très menaçantes. Je sens que mon œuvre est imparfaite, incohérente même ; j’avais la ferme intention de ne pas la poursuivre, et de passer