Page:Doyle - Résurrection de Sherlock Holmes.djvu/231

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sait pour les doctrines scientifiques de Holmes un respect mêlé à la plus vive admiration. Le front d’Hopkins était soucieux et il s’assit d’un air découragé.

— Non merci, je n’ai pas faim, j’ai déjeuné avant de venir. J’ai passé la nuit à Londres, où je suis appelé pour faire mon rapport.

— Et qu’avez-vous trouvé ?

— Un échec, un échec complet !

— Vous n’avez pas fait un pas en avant ?

— Pas un.

— Vraiment ! il va falloir que je m’en mêle.

— J’en serais bien heureux, monsieur Holmes. Voilà ma première grosse affaire et je suis à bout de ressources. Je vous en supplie, donnez-moi un coup de main.

— Eh bien, j’ai déjà lu tous les témoignages, y compris le rapport du docteur qui a fait l’autopsie. À propos, que pensez-vous de cette blague à tabac trouvée sur la scène du crime ? N’y a-t-il pas là une piste à suivre ?

Hopkins le regarda étonné.

— C’est la blague à tabac de la victime, monsieur. Elle porte ses initiales. Elle est en peau