Page:Doyle Chien des Baskerville.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Parce que, deux fois, les cendres de son cigare se sont détachées.

— Très bien déduit, approuva Holmes. Watson, reprit-il, voici un collègue selon notre cœur…. Mais ces marques ?

— Le piétinement les avait rendues confuses. En dehors de l’empreinte des pas de sir Charles, il m’a été impossible d’en distinguer d’autres. »

De sa main, Sherlock Holmes frappa son genou dans un geste d’impatience.

« Encore si j’avais été là ! s’écria-t-il. Le cas m’apparaît d’un intérêt palpitant. Cette page de gravier sur laquelle j’aurais pu lire tant de choses, la pluie et le sabot des paysans curieux l’auront faite indéchiffrable. Ah ! docteur Mortimer, pourquoi ne m’avez-vous pas appelé ? Vous êtes bien coupable !

— Je ne pouvais vous appeler, monsieur Holmes, sans révéler tous ces faits, et je vous ai déjà donné les raisons pour lesquelles je désirais garder le silence. D’ailleurs… d’ailleurs….

— Pourquoi cette hésitation ?

— Dans certain domaine, le détective le plus expérimenté et le plus subtil demeure impuissant.

— Insinuez-vous que ces faits appartiennent au domaine surnaturel ?

— Je ne le dis pas positivement.

— Mais vous le pensez évidemment.

— Depuis le drame, monsieur Holmes, on m’a raconté divers incidents qu’il est malaisé de classer parmi les événements naturels.

— Par exemple ?