Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXVI
RAPPORT

nore d’Autriche, sœur aînée de Charles Quint et reine de France par son mariage avec François Ier en 1530, œuvre de premier ordre exécutée et signée par Léonard Limousin à la date de 1536 et retrouvée en Espagne en 1856, — les stations de Léonard Limousin retrouvées à Poitiers, les magnifiques émaux du château de Madrid, les coupes, vases et coffrets en émail de Léonard Limousin, de Pierre Courtois, de Pierre Rémond, etc.

Si nous passions en revue la série des tapisseries, étoffes tissus et broderies, celles des métaux ouvragés, de la serrurerie, de la dinanderie, de l’horlogerie, enfin celle des objets divers, nous nous trouverions en présence d’un nombre considérable de pièces importantes et précieuses à bien des titres. Nous indiquerons seulement les curieuses tapisseries des batailles de la guerre des protestants, Jarnac et Saint-Denys, celles des Maisons de Rouen, la collection des étoffes anciennes du ive au xvie siècle cédée au Musée par l’abbé Bock, les grandes pièces de drap velouté de Gênes, les bannières et étendards de Saint-Marc, de Lucques, des Flandres, d’Espagne et enfin le beau drapeau de Bourgogne retrouvé sous le carrelage des galeries supérieures de Notre-Dame et remis au Musée par M. Viollet-le-Duc. Il y a lieu de citer aussi les belles verreries du Poitou avec sujets peints du xvie siècle, acquises à l’Exposition de 1867, ainsi que la collection des verres de Venise et d’Allemagne provenant du cabinet d’Huyvetter à Gand et consistant en coupes, vases d’apparat, verres agatifiés, émaillés ou gravés, tels que le vidercome aux armes de Rodolphe-Auguste, duc de Brunswick, à la date de 1668, celui de Philippe Van Oyrll et un grand nombre de pièces remontant pour la plupart à la plus belle époque de la fabrication vénitienne.

La collection des plombs historiés trouvés dans la Seine, collection réunie par M. A. Forgeais lors des derniers grands travaux de Paris, a été acquise également pour l’Hôtel de Cluny et comprend plus de trois mille pièces. La série des instruments de précision des xvie et xviie siècle s’est enrichie d’un certain nombre de sphères célestes, d’astrolabes, de boussoles et de compas dont plusieurs présentent un sérieux intérêt pour l’histoire de la science ; il en a été de même pour la collection des poids et mesures anciennes et principalement