Page:Dumas - Le Comte de Monte-Cristo (1889) Tome 5.djvu/242

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


chambre qui était dans l’appartement de Valentine et le domestique qui avait remplacé Barrois accoururent simultanément.

Valentine était si pâle, si froide, si inanimée, que, sans écouter ce qu’on leur disait, la peur qui veillait sans cesse dans cette maison maudite les prit, et qu’ils s’élancèrent par les corridors en criant au secours.

Madame Danglars et Eugénie sortaient en ce moment même ; elles purent encore apprendre la cause de toute cette rumeur.

— Je vous l’avais bien dit ! s’écria madame de Villefort, pauvre petite !




XVII


L’AVEU.


Au même instant, on entendit la voix de M. de Villefort, qui de son cabinet criait :

— Qu’y a-t-il ?

Morrel consulta du regard Noirtier, qui venait de reprendre tout son sang-froid, et qui d’un coup d’œil lui indiqua le cabinet où déjà une fois, dans une circonstance à peu près pareille, il s’était réfugié.

Il n’eut que le temps de prendre son chapeau et de s’y jeter tout haletant. On entendait les pas du procureur du roi dans le corridor.

Villefort se précipita dans la chambre, courut à Valentine et la prit entre ses bras.