Page:Dumourier Pache - Correspondance durant la campagne de Belgique, 1792.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
iij


A MES CONCITOYENS


On se tromperoit beaucoup, si l’on croyoit que la publication de ces lettres a eu pour principe une petite vengeance ou une sotte vanité. Le premier de ces sentimens n’a jamais eu de prise sur mon âme ; et dans là carrière que je parcours, les yeux fixés sur l’avehir plutôt que sur le passé, la vanité, l’orgueil même, trouvent un puissant antidote dans là profonde conviction de l’insuffisance des facultés humaines.

En rendant à mes concitoyens le compte de ce que j’ai fait, je ne dois pas leur laisser ignorer les obstacles qui m’ont em-

22