Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



PLANCHE III.

Fig. 1. Plan & profil de l’un des coffres du pressoir. P P, chantier. r r, brebis. y, dossier. q, le mulet. y, y, y, y, pieces de maie. Z, coins. D, mouton. E E, coins ou pousseculs. u u, écrou. C D, vis. A B, grande roue.

2. Coupe suivant la longueur d’un des coffres du pressoir. L L, faux chantier. 13, 13, jumelles. t s, chaînes. y, dossier. r r, brebis. q, le mulet. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, pieces de maie. Z, coins. D, mouton. E E, coins ou pousseculs. p, p, p, appuis du dossier. 10, mouleau. G G, planches à couteaux. x, x, x, x, chevrons. u u, écrou. C D, vis. A B, grande roue. M, bouquets ou piés-destaux de pierre. F, le marc.

PRESSOIR A CIDRE.
PLANCHE Iere.

Fig. 1. Vue perspective & plan du pressoir.

La vignette représente l’endroit où le pressoir & la pile sont établis. A B, la brebis. C D, le mouton. 5, 6, 7, 8, 9, les jumelles. 4, 4, e, e, contrevens. Y, Z, 2, 12, entretoises. a, b, chapeau. K X, les clés. g, la vis. E, le barlong. F, marc empilé sur la maie ou l’emoy. G, la maie ou l’emoy. 10, 10, pieces qui supportent les pieces de maie. 11, pieces qui soûtiennent les couches. H, le hec. R S Q, auge circulaire de la pile. Q, le rabot. T L V, cases ou séparations à différentes sortes de pommes. M, la meule. L N, axe de la meule. N, palonnier. V P, conducteur du cheval ou guide.

2. Plan du pressoir & de la pile. Les mêmes lettres désignent les mêmes parties.

PLANCHE II.

Fig. 3. Profil & détail du pressoir à cidre. Elévation géométrale du pressoir vû de face. Les mêmes lettres désignent aussi les mêmes parties.

4. Elévation des jumelles qui embrassent le gros bout du mouton & de la brebis.

5. Elévation des deux jumelles qui sont placées vers le milieu du mouton & de la brebis, & qui servent à relever le mouton.

6. Partie inférieure de la vis qui entre dans la brebis.

7. Plan & profil d’une dés clés.

INDIGOTERIE ET MANIOC.

Le haut de la Planche ou la vignette représente la vûe d’une indigoterie. A, reservoir d’eau claire. B, la trempoire. C, la batterie. D, le reposoir qu’on nomme aussi diablotin. E E, robinets d’où la teinture d’une cuve passe dans la cuve qui est au-dessous. E F, trous que l’on débouche successivement, pour vuider l’eau claire de la batterie, lorsque la fécule bleue s’est précipitée au fond. G, indigot dont on a rempli des sacs de toile en forme de chausses pour le faire égoutter. H, hangard ouvert & à claire voie sous lequel on met l’indigot dans des caissons, pour achever de le faire sécher à l’ombre. I, negre qui porte la plante dans la trempoire. K K, negres qui agitent continuellement la teinture de la batterie avec des seaux percés & attachés à de longues perches. L, plantes d’indigot. M, maison du maître de l’habitation. N, campagne semée d’indigot.

Fig. 1. o, o, caissons de bois élevés sur des treteaux, servans à faire sécher l’indigot à l’ombre sous le hangard de la vignette.

2. P, couteau courbé en forme de serpette, pour couper l’indigot sur pié.

3. Q, tasse d’argent bien polie, servant à examiner la formation du grain dans la teinture de la batterie.

4. Presse à manioc. A, tronc d’arbre percé en-travers. B, branche fourchue disposée en bras de levier & chargée


de grosses pierres. C, facs d’écorce d’arbre remplis de la rapure du manioc. D, bouts de planche servant à presser les sacs également. E, couy ou coupe de calebasse recevant le suc du manioc dont on fait la mouchoche.

Fig. 5. Maniere d’exprimer le suc du manioc à la façon des Caraïbes. G, couleuvre ou espece de panier d’un tissu lâche & flexible, rempli de rapure de manioc. H, poids attaché au bas de la couleuvre qui la contraint de s’allonger en diminuant sa grosseur; ce qui suffit pour exprimer le suc de la rapure.

SUCRERIE ET AFFINAGE des Sucres.
PLANCHE Iere.

La vignette représente la vûe d’une habitation. 1, maison du maître & ses dépendances. 2, 2, 2, partie des cases à negres formant une ou plusieurs rues, suivant le nombre & l’emplacement. 3, 3, 3, partie de savanne ou pâturage. 4, 4, lisiere ou forte haie qui sépare la savanne des plantations de cannes. 5, 5, 5, partie de pieces plantées en cannes à sucre à mi-côte & en plat-pays. 6, moulin à eau. 7, sucrerie avec sa cheminée, & son hangard pour les fourneaux. 8, gouttiere qui conduit l’eau du canal sur la roue du moulin. 9, décharge de l’eau du moulin. 10, une des cases à bagasses ou cannes écrasées. 11, purgerie ou grand magasin servant à mettre les sucres quand ils sont en forme, pour les purger de leur syrop superflu & les terrer. 12, étuve pour faire sécher les pains de sucre. 13, hauteurs entre lesquels sont les plantations de manioc, les bananiers & l’habitation à vivre. 14, morne: c’est ainsi qu’on nomme aux îles Antilles les montagnes qui paroissent détachées des autres.

Fig. 1. Coupe verticale d’une étuve à mettre sécher les pains de sucre terrés. A, comble de l’étuve. B, murs de l’étuve. C, porte. D, coffre de fer servant de fourneau. E, bouches du foyer & du cendrier. F, rayons ou tablettes en grillage, sur lesquelles on range les pains de sucre. G, plancher couvert de cinq à six pouces de mâçonnerie. H, trape que l’on ouvre pour laisser aller l’humidité qui s’éleve des pains de sucre, & qui s’échappe au-dehors par les conduits i, i, pratiqués sous le larmier.

2. K, canne à sucre. L, feuille dentelée sur les bords. M, fleche ou fleur de la canne portant la graine. N, partie inférieure de la canne avec sa racine.

3. O, serpe pour sarcler & couper les cannes.

4. P, houe à fouiller la terre.

5. Q, pelle de fer pour le même usage & ramasser le sucre pilé dans le canot.

6. R, pincé de fer servant de levier.

7. S, canot avec ses pilons, pour mêler le sucre en poudre, & le fouler dans les futailles.

PLANCHE II.
Deux moulins, dont un à eau.

Fig. 1. Moulin mû par des animaux. A A, chassis de charpente très-solide. B B, table du moulin, communément faite d’un seul bloc creusé & revêtu de plomb. C, C, C, trois roles couverts chacun d’un tambour ou cylindre de métal, & traversés d’un axe de fer coulé, dont l’extrémité inférieure est garnie d’un pivot portant sur une crapaudine. D, D, D, D, ouvertures faites à la table pour pouvoir changer & réparer les pivots & les crapaudines. E, E, entailles aux deux ouvertures des côtés, servant à chasser des coins de bois, pour serrer & rapprocher les tambours. F, F, aurres ouvertures sur les moises, avec des coins pour serrer les pivots supérieurs. G G, hérissons dont les roles sont couronnés, & qui engrenant les uns dans les autres, font tourner les tambours en sens contraires. H, axe ou arbre prolongé du principal role. I, demoiselle,