Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fig. 2. Poîle ou étuve pour entretenir dans cette chambre ou grenier un certain degré de chaleur. Il est composé d’une maçonnerie de brique, & d’une caisse de fer fondu formant trois côtés & le dessus d’un parallelipipede rectangle.

3. Plan du poîle.

4. Coupe du poîle.

5. Elévation du poîle du côté de la porte & du cendrier; on y brûle du charbon de terre.

6. Forme bâtarde, dont la pointe va en arrondissant.

7. Pot de forme bâtarde, ayant cinq pieds pour être posé à terre.

8. Forme pour mouler les pains de sucre pesant deux livres.

9. Pot pour laisser égouter cette forme.

10. Bassin à cuitte, dont on se sert pour remplir les formes dans la salle de l’empli, & autres transports des syrops d’une chaudiere dans une autre, &c.

PLANCHE VII.

Cette Planche représente la grande étuve où l’on met sécher les pains de sucre, après qu’ils sont sortis des formes. On y voit la coupe du poîle de cette étuve où l’on met le feu par le dehors du bâtiment; & celle des soûterreins qui servent de cendriers & d’évents pour le poîle & les fourneaux des chàudieres. Cette figure est relative à la figure 3. de la Planche V.

TRAVAIL DES SABOTS, Echalats, &c.

La vignette représente une cabane de ces sortes d’ouvriers; elle est construite comme le toît d’une glaciere, & ouverte au sommet A, pour servir de fenêtre & de cheminée. Le comble B B, qui est couvert de paille, est supporté dans son milieu par quatre perches C C C C. On fait du feu en D dans le milieu de la cabane.

Fig. 1. Ouvrier qui ébauche un sabot avec la cognée.

2. Ouvrier qui perce la place du pied avec la tariere, fig. 6.

3. Ouvrier qui fait la place du talon avec la cuilliere, fig 7. ou 9. ou 10.

4. Ouvrier qui pare les sabots, après que le dedans est achevé; il se sert du paroir, fig. 16.

5. Ouvrier qui fend des échalas ou de la latte avec le coûtre, fig. 18. Les pieces de bois qu’il veut fendre, sont entre les deux fourches du fendoir, qui est une fourche de deux branches d’arbres assujetties horisontalement à la hauteur de deux pieds & demi, lesquelles lui servent d’établi. On voit à côté de lui deux x ou chevalets, sur lesquels Il place les échalas à mesure qu’ils sont fendus, pour les mettre en botte.

6. La tariere, fig. 6. n. 2. Extrémité inférieure de la tariere représentée sur une échelle quadruple.

7. La grande cuilliere de deux pouces de large.

8 Extrémité inférieure de la grande cuilliere, représentée en élévation, profil & plan sur une échelle quadruple.

9. Cuilliere de 18 lignes de large.

10. Cuilliere de 12 lignes de large.

11. Cognée ou hache des sabotiers, vûe de deux sens différens.

12. Rouanne vûe en face & en profil.

13. Calle & coin de bois pour serrer & affermir les sabots non évuidés dans l’encoche.

14. L’encoche ou établi des sabotiers.

15. Maillet qu’on appelle renard, servant à chasser le coin 13 entre deux sabots, pour les faire tenir dans l’encoche.

16. Paroir sur son banc.

17. Essette dont on se sert pour ébaucher au plus près les sabots, après qu’on s’est servi de la hache, fig. 11.

18. Le coûtre pour travailler le bois de fente, comme échalats, lattes, éclisses, &c.


CHARBON DE BOIS.
PLANCHE Iere.
Le haut de la Planche, constructions différentes de fourneaux à charbon.
Premiere construction.

Fig. A. Charbonnier qui trace au cordeau l’aire de la charbonniere.

B. Ouvrier qui applanit l’aire de la charbonniere avec la pelle, après avoir planté au centre une buche fendue en quatre par sa partie supérieure, & aiguisée par l’autre bout, pour commencer la cheminée.

C. Charbonnier qui applanit l’aire au rateau.

D. Aire applanie, où l’on voit au centre la buche fendue avec les bâtons qui se croisent dans les fentes, ce en quoi consiste la premiere façon de l’arrangement du bois, & de la formation de la cheminee.

E. Charbonnier qui a formé son premier plancher, & qui en arrête les buches par des chevilles.

F. Charbonnier qui répand sur ce plancher du menu bois appellé bois de chemise. On voit, même figure, la formation du premier étage du fourneau.

G. Le premier étage plus avancé, avec le commencement du second.

H. Charbonnier qui apporte le bois à la brouette.

Tous les autres étages qui vont en diminuant, à mesure qu’ils s’élevent, & qui forment une espece de cône, se construisent de la même maniere.

Deuxieme construction d’un fourneau.

Fig. 1. Après avoir tracé & applani l’aire, comme il a été dit à la premiere construction, au lieu de la buche fendue en quatre, on plante au centre une longue perche ce, contre laquelle on dresse les buches dont le premier étage sera construit. Cette perche formera la cheminée.

2. Fourneau de cette construction, dont tous les étages f, g, h, i, sont formés. L’ouvrier qu’on voit au pié de ce fourneau, bêche la terre, fait un chemin, & prépare de quoi le couvrir, soit avec de la terre, soit avec du frasin, s’il en a déjà. k, extrémité d’une autre perche qui va de la circonférence du fourneau jusqu’au centre, & qui ménage le passage qui servira à allumer le fourneau.

3. Fig. qui peur également appartenir aux deux constructions, & qui en montre la derniere façon, qui consiste à former la chemise du fourneau. Le fourneau est tout couvert de sa chemise, excepté à sa partie inférieure, où on laisse une bande ou lisiere sans chemise, pour donner lieu à l’action de l’air.

Troisieme construction.

Fourneau pyramidal & recouvert de gazon, dont on voit la coupe verticale au bas de la Planche Iere. fig. N, & le plan, Pl. II. fig. O.

Le bas de la Planche.

Fig. L. Coupe verticale par le centre d’un fourneau de la premiere construction.

M. Coupe verticale par le centre d’un fourneau de la seconde construction.

N. Coupe verticale par le centre d’un fourneau de la troisieme construction.

PLANCHE II.
Le haut de la Planche représente les fourneaux en feu, ou la cuisson du charbon.

Fig. 4. Ouvrier qui met le feu à un fourneau de la premiere construction par le haut; car au fourneau de la seconde construction, le feu se met par le bas où l’on a pratiqué un passage, comme on voit en k, Pl. 1. fig. 2.