Page:Esope trad Corrozet.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
vii
PRÉFACE

sur bois représentant le sujet de la fable surmonté de la devise et accompagné du quatrain. La fable elle— même occupe toute la page de droite. Nous eussions voulu reproduire cette disposition dans notre édition ; mais l’absence d’encadrement d’une des pages aurait fait un vide qui n’eût pas été agréable à l’œil, tandis qu’en plusieurs circonstances on aurait été obligé de resserrer considérablement le texte de la page de droite, car les fables sont d’inégale dimension, quoique ayant toutes, plus ou moins, les longueurs nécessitées par l’obligation de remplir la page.

Quant à l’auteur de ces fables, nous n’avons rien à en dire. Gilles Corrozet est aujourd’hui assez connu des curieux et des bibliophiles. On a réimprimé à plusieurs reprises ses publications, particulièrement celles qui ont rapport à la description de l’ancien Paris, et nous ne pouvons mieux faire que de renvoyer nos lecteurs à l’excellente notice dont M. Paul Lacroix, le savant Bibliophile Jacob, a fait précéder sa réimpression de la Fleur des Antiquités de Paris.

Un mot encore. Si, comme nous l’espérons, cette réimpression est favorablement accueillie des amateurs, elle pourra servir de point de départ à un recueil curieux des différents fabulistes qui ont été, au XVIe et au XVIIe siècle, les précurseurs et les contemporains de notre La Fontaine, qui n’a pas eu de rivaux.

Château de Saint-Hilaire. Juin 1882.