Page:Esope trad Corrozet.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
5

Ce sont recitz, appologues et fables,
Pleines de sens, subtilles, délectables,
Dont a usé Esope Phrigien,
Fabulateur et poète ancien ;
Et par cela il adresse les mœurs,
A composé hommes prudentz et meurs,
A enseigné ce qui estoit de faire
Pour vivre bien et fuyr le contraire.
Puis, quand j’ay eu la matière propice»
J’en ay basty ce petit ediffice.

Cecy n’est pas ung ouvraige doré
Digne qu’il soit de personne honoré.
Pour estre mis au nombre des auiheurs
Dignes de nom, poètes, orateurs ;
Et toutesfois j’ay prins la hardiesse
D’en faire don et offre à ta noblesse,
En m’asseurant que ta grandeur tant haulle
Ne prendra garde à moy ny à ma faulte,
Ny au livret, qui n’a la qualité
Pour estre offert à ton authorité.
Mais, tout ainsi que tu n’as en desdaing
Chasser au lièvre aussi bien comme au dain,
Et que tu prens aggreable souvent
Maison champestre, à la pluye et au vent,
J’ay cest espoir qu’un jour devant ta face
Ce livre mien trouvera quelque grace,
Non pour la langue, ou pour le translateur.
Mais pour le sens et pour son propre autheur,
Qui l’a escript en graec premièrement,
Et par lequel il a joyeusement