Page:Fagus - Ixion, 1903.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


A

LA MÉMOIRE VÉNÉRABLE

DE

STÉPHANE

MALLARMÉ

A

LA PERSONNE ADMIRABLE

DE

AUGUSTE

RODIN

CE

POEME EST OFFERT

PAR FAGUS

EN TOUTE HUMILITÉ

XXI JUIN MCMII