Page:Fagus - Respecte ta main, 1905.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


statue si belle, Stéphane Mallarmé, que cette main te rende, elle seule le peut, rende chacun de nous,

Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change.

Mesdames, Messieurs,

Je m’excuse de vous avoir si longuement tenus pour vous apporter des paroles si infirmes, et qui rendent ma pensée si pauvrement : c’est que, de ce que j’avançais trop certain témoignage, c’est que je ne possède pas encore ma main.


CHARTRES. — IMPRIMERIE DURAND, RUE FULBERT.