Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/138

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VI

FERRAILLON, TOURNEL, puis RAYMONDE.



TOURNEL, arrivant du fond.

Pardon ! la chambre de monsieur Chandebise ?


FERRAILLON (1).

C’est ici, monsieur ! Mais… si je ne me trompe, vous n’êtes pas M. Chandebise.


TOURNEL (2).

Non ! mais ça ne fait rien. Je le représente.


FERRAILLON, acquiesçant de la tête.

Ah ?… D’ailleurs la dépêche dit d’introduire, quand on demandera la chambre, à son nom alors… ! la dame est là, monsieur.


TOURNEL.

Ah ?… et… elle est bien ?


FERRAILLON, le regarde, étonné, puis :

Monsieur, désire avoir mon avis ? Il me semble que, du moment qu’elle plaît à monsieur…


TOURNEL.

C’est que… je ne la connais pas.


FERRAILLON.

Ah ?


TOURNEL.

Alors, avant de m’engager, si ça devait être une vieille toupie…