Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/190

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène XIII

POCHE, puis FINACHE et EUGÉNIE



POCHE, venant de gauche, des lettres à la main, et gagnant le milieu de la scène tout en dénouant les cordons de son tablier qu’il retire tout en parlant.

Là ! maintenant, vite à la gare ! (Il va accrocher son tablier à la patère ; n’apercevant plus sa livrée qu’il s’attendait à trouver toujours suspendue.) Eh ! ben ? (Il jette un coup d’œil par terre.) Qui est-ce qui m’a chauffé, ma veste et ma casquette ? Ben ! mon colon ! il manque pas de culot, celui-là !… Et à la place, il m’a laissé un melon et une jaquette ! (Essayant le melon.) Tiens ! il me va !… Ah ! bien, tant pis ! faut que j’aille jusqu’à la gare ; un pannetot en vaut un autre ! je rendrai celui-là quand on m’aura rendu le mien. (Tout en parlant et sans retirer son foulard, il a passé la jaquette de Chandebise par-dessus son gilet de livrée. Il remonte comme pour s’en aller. On sonne. Rebroussant chemin.) Allons, bon ! on me sonne encore !

Il sort de gauche. [1]
  1. Aussitôt sorti, l’artiste retire vivement la jaquette et le melon. Il trouve les habilleurs qui lui retirent son foulard et son gilet en en retournant les manches pour aller plus vite. (Ils les remettront à l’endroit après le changement). Plus loin la chaise l’attend avec les deux autres habilleurs qui lui retirent ses chaussons et son pantalon. Rapidement un coup de peigne et on lui passe la casquette et la livrée dont il se revêtira tout en montant l’escalier du praticable.