Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/192

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FINACHE.

Évidemment, puisque j’y suis !


EUGÉNIE, introduisant Finache.

Oui, Monsieur le Docteur ! Par ici, Monsieur le Docteur !

La porte ouverte, on entend les petits cris d’Olympe. La porte se referme sur eux. À peine ont-ils disparu qu’en haut de l’escalier on aperçoit Chandebise toujours avec sa livrée et sa casquette, se risquer avec circonspection.


Scène XIV

CHANDEBISE, puis RAYMONDE et TOURNEL puis FERRAILLON



CHANDEBISE, du haut de l’escalier.

Le… le fou est parti ?… (Descendant tout en parlant.) Ah ! là là !… Qu’est-ce que j’ai pris ! Ah ! bien, si c’est comme çà qu’il accueille la clientèle, on ne doit pas revenir deux fois !… Quel énergumène ! (Allant jusqu’à la patère à laquelle Ferraillon avait accroché ses vêtements,) Ah !… Eh bien ?… Et ma jaquette ?… Et mon chapeau qu’il avait accrochés là ?… eh ! bien, qu’est-ce qu’ils sont devenus ?

Il cherche par terre autour de lui. Sur ces derniers mots, du haut de l’escalier qu’ils descendent quatre à quatre, surgissent Raymonde et Tournel.


Raymonde, tout en dégringolant l’escalier.

Nous l’avons dépisté… Vite, une voiture !…