Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/253

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POCHE.

Ah ! merci ! j’ai la pépie, c’est pour ça ! j’ai la pépie !


CAMILLE.

Comment donc, j’y cours…


POCHE.

Merci !

Il rentre dans la chambre de droite en fermant la porte sur lui. Aussitôt sorti de scène il rejette sa robe de chambre et ses chaussons ; en deux coups de peigne en courant arrange légèrement sa coiffure ; au passage met la casquette qu’on lui tend ; puis faisant le tour par derrière la ferme du vestibule, on doit le voir arriver par la gauche de l’antichambre. — Paraître dès qu’on est prêt sans attendre la fin du monologue de Camille qui n’est fait que pour donner le temps de la transformation.


CAMILLE, devant la table.

Ah ! Ah ! ben, moi qui craignais d’être saboulé !… mais il a pris ça très bien !… Tout de même ce que c’est !… Je lui croyais des idées étroites… mais il les a très larges !…

On entend le bruit de la porte d’entrée qu’on ouvre et referme et par la porte du fond laissée grande ouverte par Étienne, on aperçoit Chandebise arrivant de gauche, et en train de remettre son trousseau de clés dans sa poche.


Scène IX

CAMILLE, CHANDEBISE



CAMILLE, poussant un cri fou en apercevant Chandebise au fond alors qu’il vient de voir Poche entrer dans sa chambre.

Ah !