Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Camille, même jeu.

Ah ! oh ! je vous demande pardon. (Gagnant jusqu’au cartonnier avec des révérences à reculons.) Je demandais ça parce que si ç’avait été pour monsieur le directeur de la Boston Life Company…


Lucienne.

Oui, monsieur, oui…

Camille (il est arrivé au cartonnier, y remet son dossier, referme le tiroir puis, au moment de sortir fond droit.) Je vous demande pardon !


Lucienne, qui l’a regardé partir avec des yeux ébahis, après un temps.

Qu’est-ce que c’est que cet Iroquois ?

Tout en parlant, elle est passée à droite.


Scène IV

Lucienne, Etienne, puis Raymonde


Etienne, arrivant du fond.

Je viens voir si Madame ne s’ennuie pas trop !


Lucienne, vivement à Etienne.

Oh ! mon ami, vous allez me dire : il est entré un homme à l’instant…


Etienne, avec un léger sursaut de surprise.

Un homme ?


Lucienne,

Oui, il m’a parlé agrach. Je ne sais pas ce