Page:Flaubert - Notes de voyages, I.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
VOYAGE EN FAMILLE.

hurlant, l’enfant, l’œil de l’enfant et du roi quand ils tirent l’arc ; danse du scalpel ; saut les pieds joints, de la femme au manteau rouge. La dame de derrière moi riait beaucoup, riait, riait et trouvait ça drôle. — La poignée de main des bourgeois. — Quelque envie que j’eusse d’en faire autant, parce que mon envie ne partait pas du même principe et que je n’aime pas à lécher les plats.

Retour à Rouen dans le wagon étouffant, derrière, au coin de gauche, comme à mon dernier voyage. — Le monsieur d’en face. — Le vieux vomissant de la bile. — Les Anglais qui ont monté à Oissel.

Et enfin Rouen, le port, l’éternel port, la cour pavée. — Et enfin ma chambre, le même milieu, le passé derrière moi et comme toujours la vague apparence d’une brise plus parfumée !