Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


III

Nantes. — Grand lieu; danses; bonnet de flanelle blanche.

Musée : Elisabeth par Tibaldi. Prodigieuse fraise à gros tuyaux, brodée de noir ; menton avançant, figure longue, grands yeux bleus sortis, roulant, très animés; sourcils ébouriffés à la base ; lèvre inférieure grosse, front haut, chevelure blond roux haut montée, avec des œillets rouges sur le côté gauche ; elle est vêtue de noir et passe la main droite dans une chaîne d’or qui lui pend du cou.

Scène de carnaval de Lancret. Dans une grande chambre boisée une dame en corsage jaune et en jupon rose, avec de longs repentirs aux bras, est entre un pierrot et un danseur qui l’invite. On regarde autour. La teinte géné- rale brun de madère est relevée par le costume rose et jaune de la dame et par l’habit gris des deux danseurs qui l’entourent.

Id. Camargo dansant en plein vent, robe de satin blanc avec des rubans bleus, des guirlandes de roses; à sa droite un joueur de tambour et de fifre; à gauche un violon, un basson, une femme qui regarde.

Un portrait de femme de Murillo : robe bleue, figure terreuse, ton verdâtre, yeux noirs, retroussés, mystiques et profonds; elle tient un petit livre; bandeaux noir de suie mal peignés, air idiot et profond.

Apollon et statues nues avec des feuilles de vigne en fer- blanc découpé.

Adoration des mages, avec des nègres, des gens qui re-