Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE QUATRIÈME.


Le cabinet de Rousselin. Au fond, une large ouverture avec la campagne a l’horizon. Plusieurs portes. A gauclne, un bureau sur lequel se trouve une pendule.


Scène première.

PIERRE, puis le Gum; cuAM1>éTm;, pu;. 1=EL1c1TE.

PIERRE, a la cantonade, d’une voix tres haute. Francois, allez prendre dans le char a bancs huit messicurs a Saint-Léonard, et vous nc refermercz pas la grille! — Il l`aut q)u’Elisabeth porte encore des bulletins. —- Vous n’ou lierez pas, en revenant, le papetier pour les cartes dc visite. Entre un commissionnaire qui lxalette sous un ballot de iournaux. C’est lourd, hein? mon l>rave... Mettez cela ici; bonl (L’l1omme déposc son ballot par terre, pres d’un autre beaucoup plus grand.) Et descendez vous rafralchir a la cuisine. On y boit du champagne dans des pots a conlitures; rien ne cofnte, vu la circonstance! Ce soir Vélection, et la semaine prochaine, Paris! Voila assez longtemps que j’en revc le séiour, princi- palcment pour les hultrcs et le bal dc l’Opéra! (Consi- dérant lcs deux tus de journaux.) l..,8I‘lClClC de Julien, CI’1· core! A qui cn distribuer? Tout lc monde en aa, sans