Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/155

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CANDIDAT. 1 g 1 de Murel, —— qui sont maintenant sous les halles a Faire une partie de bouchon. Je leur ai dit que j’allais vous proposer un accommodement, et ils m attendent pour se décider. Or je vous préviens que si vous ne me jurez pas de m’obtenir la croix d’honneur!... ROUss12L1N. Eh! `e vous en achéterai uatre d’étran éres! I q S

LEDRU.

Au pas de course, alors !

Il sort vivement.


Scène IX.

ROUSSELIN, seul, regardant au fond.

Il aura le temps! on a encore cinq minutes ! Dans cinq minutes le scrutin ferme, et alors ?...

Je ne réve donc pas! C’est bien vrai! ye pourrais le devenir! Oh ! circuler dans les bureaux, se dire membre d’une commission, étre cboisi quelquefois comme rapporteur, ne parler toujours que budget, amendements, sous-amendements, et participer à un tas de choses... d’une conséquence infinie! Et chaque matin je verra1 mon nom imprimé dans tous les journaux, méme dans ceux dont ye ne connais pas la langue!

Le Jeu ! la chasse! les Femmes! est-ce u’on aimeJ uel ue chose comme a? Mais our lobtemr, e onnera1s ma Fortune, mon sang, tout! Oui! ]a1 bien donné ma fille! ma pauvre fille. (ll pleure.) J’ai des remords maintenant; car je ne saurai jamais si Bouvigny a tenu parole. On ne signe pas les votes!

Quatre heures sonnent.

C’est fait ! On dépouille le scrutin ; ce sera vite fini !