Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ROUSSELIN.

Ah! vous voulez me deshonorer? Sortez, Monsieur! La consideration est aujourd’hui un privilege tout per- sonnel. La mienne se trouve au-dessus de vos calom- nies! Ne serait-ce que ces notables qui sont venus tout a l’heure m’oll`rir la candidature...

B0uv1GNY.

On aurait pu me l°oll`rir aussi, a moi! et je l’ai, je l’aurais ref`usée par egard pour vous. Mais devant une pareille indelicatesse, apres Ia declaration de vos principes, et du moment que vous etes un democrate, un suppôt de l’anarchie. ..

ROUSSELIN.

Pas du tout !

BOUVIGNY.

Un organe du désordre, moi aussi, je me déclare candidat ! Candidat conservateur, entendez-vous ! et nous verrons bien lequel des deux... Je suis meme le camarade du prefet qui vient d’etre nommé! Je ne m’en cache pas ! et il me soutiendra ! Bonsoir ! (Il sort.)


Scène IX.


ROUSSELIN, seul.

Mais ce furieux-la est capable de me démolir dans l’opinion, de me Faire passer pour un jacobin! J’ai peut—etre eu tort de le b esser. Cependant, vu la fortune des Bouvigny, il m`etait bien 1mpossible... N’importe, c’est Facheux ! Murel et Gruchet deja ne m’avaient pas l’air si rassures; et il faudrait decouvrir