Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES ELECTEURS.

Lundi, oui, Iundi!

MUREL.

Nous n’avons pIus qu’a nous retirer, je crois?

TOUS, en s’en n!!nnt.

Adieu, monsieur Rousselin! A bient6t! ga ira! vous verrez!

ROUSSELIN, donnant des poignées de main.

Mes amis ! l Ah! je suis touché, je vous assure! Adieu! Tout a vous! Les électcurs s’é!oigncnt.

MUREL, à Roussclin.

Soignez Heurtelot; c’est un meneur ! I! va retrouvcr nu Fond Ics électcurs.

ROUSSELIN, nppehmt.

Heurtelot !

HEURTELOT.

De quoi ?

ROUSSELIN.

Vous ne pourriez pas me faire quinze paires de bottes ?

HEURTELOT.

Quinze paires ?

ROUSSELIN.

Oui ! et autant de souliers. Ce n’est pas que j’aille en voyage, mais je tiens a avoir une forte provision de chaussures.